500 signatures pour améliorer la visibilité des Objecteurs de Croissance.

 

 

 

SORTIR DE LA BOURSE DU FMI ET DE LA BANQUE MONDIALE

Depuis une trentaine d'années, le Fonds Monétaire International (FMI) et la Banque Mondiale imposent aux pays du Sud des thérapies de choc responsables d'une augmentation radicale des inégalités.
Au nom du développement, ces institutions libérales non démocratiques étendent l'économie de marché aux pays du Sud, pour les besoins de ceux du Nord, et sont responsables de situations socialement et écologiquement catastrophiques.

Pour nous, objecteurs de croissance, défenseurs des droits de l'homme et de la justice sociale, l'abolition du Fonds Monétaire International (FMI) et de la Banque Mondiale s'impose. De même, l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC) ou encore l'Organisation du Traité de l'Atlantique-Nord (OTAN) doivent être repensées dans leur fonction et leur fonctionnement. Sortir de l'illusion de la croissance et du développement à l'échelle mondiale ne doit pas pour autant nous fermer les yeux sur nos responsabilités historiques.

Notre prospérité repose depuis des décennies sur le pillage des ressources des pays pauvres. Nous avons donc le devoir d'accueillir ceux dont nos comportements économiques sont la cause de leur dramatique situation.

« Le néolibéralisme, que j’appelle fascisme économique, règne aujourd’hui sur la planète. Le monde est en prison. Ils nous mentent et ils nous volent. Il ne faut jamais croire ce que disent nos geôliers »

John Berger – 2008 .

 

Retour PROGRAMME