500 signatures pour améliorer la visibilité des Objecteurs de Croissance.

 

 

 

LETTRE D'INTENTION

Mesdames, messieurs les élu(e)s,

Nous, objecteurs et objectrices de croissance, avons le plaisir de venir à votre rencontre pour présenter notre programme politique en vue de l'élection présidentielle de 2012. À quelques mois de cette échéance, nous avons décidé de nous engager dans cette campagne pour colporter le projet de la Décroissance.

Notre ambition et notre volonté consistent à faire sortir le débat présidentiel de l'idéologie dominante qui s'enferme dans la croissance économique.

La société de croissance accumule dramatiquement toutes les crises : énergétique, environnementale, sociale, économique, culturelle, politique.
Mais il s'agit au fond d'un seul et même égarement : un monde devenu inhumain, comme si la croyance du " toujours plus " suffisait à donner du sens. Il est malheureusement admis que le mode de vie de la société de croissance est voué à l'échec. Les agressions perpétuelles à l'environnement engendrent un excès de consommation des matières premières nécessaires au productivisme, génèrent de multiples pollutions (eau, alimentation, terre, air, etc.), provoquent l'effondrement de la biodiversité et laissent planer le risque d'une catastrophe nucléaire planétaire. Le capitalisme n'est pas soutenable mais il n'est pas plus souhaitable. Il échoue également dans ses dimensions sociale et culturelle.

Le monde finit par être aseptisé et standardisé et, surtout, il n'a pas réussi à enrayer la misère et les inégalités tout en imposant des cadences de vies infernales autour du travail comme seule raison d'être de nos sociétés. Car les ressources naturelles ne sont pas illimitées, nous ne devons plus maintenir l'opinion dans le " mythe de l'abondance " en lui créant des besoins sans cesse insatisfaits. Car les inégalités demeurent et grandissent, que la misère et l'exploitation sont des corollaires à la société de croissance, nous devons cesser de soigner un système malade et mortifère. Face à la radicalité de ces " crises ", plutôt que de détourner les yeux, nous opposons une autre cohérence : celle des sorties immédiates du capitalisme et de tout productivisme par toutes les alternatives concrètes de vie déjà existantes et à créer ensemble. Désormais, il ne s'agit plus d'essayer de sauver un système inégalitaire, polluant, mais de nous sauver du capitalisme et d'imaginer, ensemble, un projet de société novateur et original fondé sur la Décroissance.

Nous sommes des femmes et des hommes responsables qui partons en campagne avec le slogan "500 SIGNATURES POUR SORTIR DES BARBARIES", barbaries imposées par la société de croissance et subies par des milliards d'êtres humains à travers le monde. Pour nous, objectrices et objecteurs de croissance, l'ampleur de l'enjeu, véritablement historique, oblige à considérer la préservation des écosystèmes, donc de la vie même, comme la priorité absolue de toute politique responsable. Pour nous, décroissants et décroissantes, nous considérons être à un tournant historique, tant le capitalisme a épuisé la planète et les hommes par sa folie de croître pour croître, qui nous oblige à repenser un monde nouveau fondé sur la décroissance des inégalités et la fin de toute exploitation ou domination. Nous appelons toutes celles et ceux qui le souhaitent à soutenir la campagne " 500 signatures pour sortir des barbaries " et à participer aux débats afin de construire une transition vers des sociétés de Décroissance soutenables et souhaitables.

 

Retour PROGRAMME